La recette du jeudi : Nage de crustacés au champagne

Pour tous les adeptes du champagne, voici une recette délicieuse, légère et facile à réaliser, qui se préparera aussi bien pour les fêtes que tout au long de l’année. Les Rendez-vous des Arts Culinaires vous proposent cette semaine la recette de la nage de crustacés au champagne…

Les ingrédients pour 6 personnes :

– 2 rouleaux de pâte feuilletée pur beurre
– 800 g de gambas surgelées
– 18 noix de saint-jacques
– 1 kg 250 g de moules
– 30 cl de crème fraîche épaisse
– 30 cl de champagne
– 60 g de beurre
– 25 g de farine
– 2 échalotes
– 1 brin de thym
– 1/2 citron
– 1 pincée de piment de Cayenne
– 1 œuf
– Sel
– Poivre

© atelierdeschefs

Réalisation :

Nettoyer les moules, les mettre dans une casserole avec le champagne et les échalotes hachées, couvrir et attendre qu’elles s’ouvrent à feu vif pendant 5 minutes. Les décoquiller et filtrer le jus. Décongeler les gambas et les décortiquer. Les faire dorer 1 minute à la poêle dans 15 g de beurre.

Dans une casserole, faire fondre le reste du beurre, ajouter la farine et remuer pendant 1 minute. Délayer peu a peu avec le jus des moules. Ajouter la crème, le thym émietté, le piment, du sel et du poivre. Faire épaissir quelques minutes à feu moyen. Rectifier l’assaisonnement. Mélanger avec les moules, les gambas, les saint jacques et un filet de jus de citron. Laisser refroidir.

Préchauffer le four sur thermostat 7 (220°). Découper six ronds dans la pâte feuilletée, d’un diamètre légèrement supérieur à ceux des bols prévus pour la cuisson. Garnir les bols avec la nage et badigeonner les bords avec un peu d’œuf battu pour que la croûte soit dorée. Enfourner, baisser le thermostat à 6 (180°) et laisser cuire 15 minutes.

Source : © Prima Magazine

Visuels : © DR

La recette du jeudi : Morue à la Riojane

Ce plat typiquement espagnol vient tout droit de la Rioja, une communauté autonome du Nord de l’Espagne. L’association de la morue et de la cuisine Riojane va ravir les plus fins gourmets et offrir aux palais des saveurs inoubliables…Voici la recette de la Morue à la Riojane.

Les ingrédients pour 8 personnes :

– 12 filets de morue (sans arêtes) de 70 g environ chacun
– 2,5 kg de tomates mûres
– 4 oignons moyens
– 6 poivrons secs
– 2 feuilles de laurier
– 1 tête d’ail
– Huile d’olive de la Rioja
– Farine
– Sel

© spain.info

Réalisation :

Dessaler les filets de morue pendant 24 heures environ dans un grand volume d’eau froide que vous changerez au moins 3 ou 4 fois. Rincer soigneusement les poivrons secs sous le robinet puis les plonger dans une casserole contenant 1/4 de litre d’eau, une pincée de sel et une cuillerée d’huile. Laisser mijoter à feu doux pendant 5 minutes. Enlever bien l’eau et les réserver.

Dans une casserole avec 1/4 de litre d’huile, faites revenir les oignons hachés, les tomates épluchées et coupées en morceaux, une feuille de laurier et un peu de sel. Laisser cuire à feu doux pendant deux heures.

Passer la préparation au presse-purée puis au chinois. Mettre une poêle sur le feu et faire sauter la tête d’ail et l’autre feuille de laurier dans l’huile. Enlever l’ail une fois doré puis filtrer l’huile.

Fariner délicatement les filets de morue déssalés et bien secs avant de les faire revenir dans l’huile aromatisée. Poser la morue frite dans une casserole et couvrir avec les poivrons secs blanchis et la sauce tomate. Laisser bouillir 15 minutes avant de servir.

Source : © La Tierra con Nombre de Vino
Visuels : © DR

Traditions et superstitions de Noël

S’il y a bien un moment dans l’année où l’art culinaire est à son apogée, c’est bien à Noël. Une multitude de produits, de saveurs et de couleurs s’offrent à nous. L’occasion de se régaler sans compter, pour ce jour de fête où on ne regarde ni le prix ni les calories. Focus sur une période qui ravit petits et grands…

© Designmag.fr

La fête de Noël, pour tous ceux qui ne le sauraient pas, existe depuis le IIIe siècle et fête la naissance de Jésus-Christ. Au départ, les premières fête de Noël ne se déroulaient pas sur un seul jour mais sur plusieurs, dans une période allant du mois de novembre au mois de janvier. Mais alors, pourquoi avoir arrêté la date du 25 décembre ? Le choix de cette période était un choix stratégique de l’Eglise, permettant de faire disparaître d’anciennes coutumes et traditions païennes en y substituant l’une des fêtes les plus importantes de la chrétienté : la nativité.

Côté ambiance, la coutume en Europe est d’allumer une bûche dans l’âtre la veille de Noël. Une douce chaleur et lumière rayonnent alors dans la pièce à vivre. Sous le sapin sont empilés des tonnes de cadeaux aux emballages multicolores, des friandises patientent sur la table, l’odeur du repas envahit les lieux, et des enfants excités courent partout en gesticulant. C’est ça, l’esprit de Noël ! Une fête que l’on célèbre en famille, où toutes les générations sont réunies et profitent d’un bon moment. Les couleurs traditionnelles sont le rouge pour la chaleur et le vert pour rappeler l’espérance, toutes deux coordonnées avec l’or pour le soleil et la lumière.

© Mon-wallpaper.com

En ce qui concerne la représentation du Père Noël, toute la symbolique vient du personnage de Saint Nicolas. Saint Nicolas a été importé aux Etats-Unis au XVIIe siècle par les immigrés allemands ou hollandais où il aurait pris l’ampleur commerciale que nous connaissons aujourd’hui. Il a subi des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en un Père Noël, personnage plus convivial ! La mitre s’est transformée en bonnet de fourrure, la longue barbe blanche et le grand manteau rouge ont complété le tout. Le Père Noël voyage dans un traîneau tiré par des rênes, alors que Saint Nicolas voyageait sur le dos d’un âne. Chaque région de France donna au Père Noël un nom très différent que celui qu’on lui donne aujourd’hui : en Savoie, il était appelé « Chalande », en Bourgogne, « Père janvieré », dans le pays basque, « Olentzaro », et en Normandie, « Barbassionné ».

© Cache.magicmaman.com

La couronne est un ancien symbole aux significations multiples : les couronnes rondes de l’Avent évoquent le soleil et annoncent son retour. Un pasteur allemand a d’ailleurs décidé d’allumer chaque jour une bougie disposée sur une roue pour marquer les 24 jours qui précédent Noël. La roue fût remplacée par du sapin et les bougies réduites à quatre. Elles marquent les quatre dimanches qui précédent Noël. Les quatre dimanches symbolisent aussi les quatre saisons et les quatre points cardinaux. Noël sera là lorsque la dernière bougie sera allumée. Le plus souvent les bougies sont rouges pour évoquer le feu et la lumière. Sur les couronnes d’inspiration suédoise, les bougies sont blanches, couleur de fête et de pureté. En Autriche, on les choisit violettes car cette couleur est symbole de pénitence.

© Carnetsparisiens.com

Les marchés de Noël font partie intégrante des dernières semaines de l’Avent. On retrouve tous les produits et objets qui vont faire de Noël une superbe fête : décorations, nourriture pour le réveillon, friandises, cadeaux, calendriers, bougies, santons pour la crèche etc.

Chaque repas de Noël se termine sur une note sucrée, qui varie selon les pays. Un Noël anglais ne serait pas complet sans un pudding en fin de repas. Ce dessert est riche et sucré et permet de tenir au corps lors des grands froids de l’hiver. Les Américains sont pour leur part friands de cakes aux fruits, les Italiens, de panettone, et les Français, de la fameuse et traditionnelle bûche de Noël, dont la recette de base est un simple gâteau enroulé avec une purée de marron, du chocolat fondu et de la crème au beurre.

© Recettenoel.files.wordpress

Pour terminer ce petit tour du monde des traditions et des saveurs, la période de Noël est aussi sujette à de nombreuses superstitions. Elles viennent tout droit des fêtes païennes et révèlent que la nuit de Noël est la nuit de tous les dangers mais aussi de toutes les chances. Sorcières et démons resurgissent de nulle part, les fantômes, pour leur part, redoutent cette date et préfèrent disparaître. On raconte que plusieurs familles se dirigeant vers la messe de Noël se sont égarées la nuit du 24 décembre, et pourtant le cocher expérimenté connaissait bien la route. Le carrosse ainsi que tous les passagers ont été engloutis dans les marécages. Par la suite, leurs fantômes rodaient chaque veille de Noël.

Durant cette période, l’or est partout. Dans les cimetières, il est dit que si l’on creuse un trou à minuit le soir de Noël, on trouvera une fortune en or. Il est dit aussi qu’un enfant né le jour de Noël est voué à un avenir prometteur. Il jouira toute sa vie de la chance et du bonheur. Et selon le dicton, « givre à Noël, cent écus dans votre escarcelle ». Alors croisons les doigts et appelons le froid !

Visuels : © DR

La recette du jeudi : Filets de sole en croûte de Moules de bouchot

En cette semaine consacrée aux produits des mois en « R », voici une recette à réaliser au moment où la qualité des produits est à son apogée : des filets de sole en croûte de moules de bouchot…

Ingrédients pour 4 personnes :

– 1 grosse sole
– 1 litre de moules de bouchot
– 1 oignon
– 10 cl de vin blanc
– 250 gr de légumes pour bouillon (céleri, poireau, carotte)
– huile
– 4 tranches de pain de mie
– 50 gr de poudre d’amande
– 100 gr de beurre
– 10 cl de crème fraîche
– 1 jaune d’œuf

(c) Moules de Bouchot

Réalisation :

Faire suer les légumes finement ciselés dans un peu d’huile. Augmenter la puissance du feu et ajouter les moules de bouchot et le vin blanc. Arrêter la cuisson dès que les moules sont ouvertes. Passer au chinois. Réserver le jus de cuisson.

Faire réduire le jus de cuisson de moitié. Assaisonner.

Mixer le pain de mie, incorporez les 80 gr de beurre et la poudre d’amande. Ajouter la moitié des moules de bouchot hachées au couteau. Poivrer.

Etaler sur une feuille de papier cuisson et recouvrir d’une seconde feuille de papier cuisson. Réserver au frais.

Mélanger la crème avec le jaune d’œuf. La verser dans le jus de cuisson tiédi.

Cuire la sole rapidement dans un peu de beurre (20 gr) mousseux. Lever les filets.

Déposer la sauce dans le fond d’une assiette. Reconstituer la sole sans les arêtes. Déposer sur les filets un morceau de croûte moules-amandes et passer les assiettes sous le grill.

Décorer avec les moules restantes.

Visuel et source © : Moules de Bouchot