La recette du jeudi : Red Berry Mule

Cette semaine, le bar emblématique Le Forvm nous a préparé un cocktail tout en sensualité à l’occasion de la Saint Valentin : un Red Berry Mule, à base de vodka, de jus de fruits rouges et de bière au gingembre … Impossible de ne pas craquer !

 

Ingrédients :

Le jus d’un 1/2 citron vert
4 cl de vodka
4 cl de jus de fruits rouges
un trait de ginger beer
un trait de sucre de canne
un trait d’Angostura Bitters

Servir sur de la glace pilée et orner d’un quartier de citron vert.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Visuels : (c) RDV Communication

La Saint Valentin, une longue Histoire d’amour

Après le Nouvel An, la Saint Valentin est la fête la plus célébrée dans le monde. Cartes, mots doux, chocolats, roses et petites attentions, la Saint Valentin est aujourd’hui devenue une fête presque incontournable pour les couples. Seulement, « fête des amoureux », la Saint Valentin ne l’est que depuis le XIVème siècle. Retour sur une Histoire d’amour qui dure…

Amour et fertilité sont associés au mois de février depuis l’Antiquité. Rien de plus étonnant, donc, à ce que les amoureux soient célébrés en début d’année. Dans le calendrier de l’Athènes antique, la période de mi-janvier à mi-février était le mois de Gamélion, consacré au mariage sacré de Zeus et d’Héra. Dans la Rome antique, le 14 février tombait au moment des Lupercales, fêtes de la fertilité et des troupeaux. A l’époque, les prêtres de Lupercus sacrifiaient des chèvres au dieu et, après avoir bu du vin, couraient dans les rues de Rome en touchant les passants, un morceau de peau de chèvre à la main. Ce toucher était supposé rendre les femmes plus fertiles et leur faciliter l’accouchement. À l’issue du cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l’année. Le jour de la Saint-Valentin a donc longtemps été célébré comme étant la fête des célibataires, et non des couples.

Autre origine possible, toujours au temps de l’Antiquité: la légende de Saint Valentin. Saint Valentin, était un prêtre qui vécut à Rome aux environs de 270 av. J.-C., au moment où l’Eglise catholique était persécutée et qui aidait les Chrétiens à échapper à la persécution. Il célébrait clandestinement des mariages chrétiens de soldats, interdits à l’époque par l’empereur romain Claudius II qui estimait que les hommes mariés ne faisaient pas de bons soldats. Pour leur rappeler l’amour de dieu et les encourager à rester des Chrétiens fidèles, Saint Valentin donnait aux soldats des cœurs en parchemin, une possible origine de l’utilisation de ce symbole aujourd’hui. Saint Valentin fut arrêté par l’empereur qui aurait tenté de le convertir au paganisme pour pouvoir lui sauver la vie. Saint Valentin aurait refusé et essayé, au contraire, de convertir Claudius II au Christianisme. A cause de cette tentative, il fut condamné à la mort. Avant son exécution et pendant son emprisonnement, il aurait guéri la fille aveugle de son geôlier Asterius. Suite à cette guérison miracle, la fille du geôlier et sa famille, croyant désormais en Jésus, furent baptisés. Saint Valentin aurait alors écrit une lettre adressée à la fille d’Asterius, juste avant son passage à la guillotine, et signé « de ton Valentin ».

C’est seulement au XIVème siècle, en Angleterre, que la Saint Valentin fut associée à l’amour et au 14 février, jour où les oiseaux s’appariaient. Le poète Geoffrey Chaucer est d’ailleurs le premier à faire le rapprochement dans son poème, Parliament of Fouls, écrit en 1382 : « For this was on seynt Volantynys day, Whan euery bryd comyth there to chese his make. » (« Car c’était le jour de la Saint Valentin, quand chaque oiseau trouvait le sien. ») Trois autres auteurs ont écrit des poèmes sur la Saint Valentin à la même époque – Otton de Grandson de Savoie, John Gower d’Angleterre et le chevalier Pardo de Valencia – mais Geoffrey Chaucer fut probablement le premier, même s’il est difficile de déterminer quel auteur a influencé les autres.

Dans l’aristocratie anglaise se développa alors la coutume du « Valentinage » : une jeune fille était associée à un jeune homme au hasard, et durant la journée, le Valentin et sa Valentine  avaient des obligations l’un envers l’autre, devaient s’offrir en secret des petits cadeaux et se faire des galanteries. Cette coutume du « Valentinage » arriva à la cour de Savoie puis se répandit rapidement dans les régions voisines en s’enrichissant de l’envoi de poèmes. Au XVème siècle, les us et coutumes de séduction évoluèrent et les amoureux se faisaient désormais la cour en s’offrant des fleurs, des confiseries et des cartes de vœux confectionnées avec attention.

En 1797, un éditeur anglais publia The Young Man’s Valentine Writer, qui contenait des suggestions de couplets et poèmes sentimentaux pour que les jeunes amants s’en inspirent et composent les leurs. Les imprimeurs commencèrent alors à produire des quantités limitées de cartes avec des mots et des illustrations, nommées “Valentins Mécaniques” ainsi qu’une réduction des tarifs postaux à cette époque de l’année. Il fut alors possible d’échanger des cartes anonymement, ce qui explique l’apparition soudaine de vers très osés dans une période plutôt prude et victorienne. Les cartes de Saint Valentin sont devenues tellement populaires au début du XIXème siècle qu’elles furent assemblées dans des usines et décorées avec de la dentelle et des rubans à la chaîne. Aux Etats-Unis, les premières cartes de Saint Valentin produites à grande échelle furent manufacturées et vendues en 1847.

Depuis le XIXème siècle, les notes écrites à la main ont laissé place aux cartes usinées. Dans la deuxième moitié du XXème siècle, la pratique de l’échange de cartes s’est étendue à tous genres de cadeaux : des roses, des chocolats enveloppés dans des boîtes en satin rouge et en forme de cœurs, des dîners, des confiseries, des peluches… Dans les années 1980, l’industrie du diamant a commencé à utiliser le jour de la Saint Valentin comme prétexte pour offrir des bijoux à son ou sa bien-aimée, et de fait augmenté les ventes en février. Avec le développement d’internet, de nouvelles traditions de Saint Valentin sont apparues et des millions de personnes utilisent désormais des moyens digitaux pour créer et envoyer des vœux de Saint Valentin : e-cartes, coupons sur internet et cartes toutes faites à imprimer.

La Saint Valentin existe sous de diverses formes dans le monde. Au Brésil, on ne parle pas de Saint-Valentin mais de dia dos namorados (jour des amoureux) fêté le 12 juin. En Chine, depuis les années 1980, la Saint-Valentin connaît une popularité importante, notamment chez les jeunes, qui génère diverses activités commerciales. À part la Saint-Valentin, il existe une fête traditionnelle, le Qi Qiao Jie, pour les amoureux, provenant d’une légende ancienne, dont la date est le septième jour du septième mois du calendrier lunaire. En Colombie, la Saint-Valentin est fêtée le troisième samedi du mois de septembre, nommée día del amor y amistad (jour de l’amour et de l’amitié). La Saint-Valentin s’est aussi popularisée en Inde et au Pakistan, provoquant l’hostilité de certains groupes opposés à cette influence occidentale.

Cependant, c’est au Japon que la fête des amoureux est la plus particulière. La Saint-Valentin a été introduite au Japon par des fabricants de chocolats dans le courant du XXe siècle. Les femmes, et uniquement les femmes, offrent des chocolats aux hommes, le 14 février de chaque année. Dans un deuxième temps, les hommes qui ont reçu des chocolats le 14 février peuvent offrir aux femmes un cadeau en retour, le « Jour Blanc », célébré le 14 mars. Ce concept, lancé au Japon, s’est d’ailleurs étendu à la Corée du Sud, Taiwan et Hong Kong. En guise de présent, les femmes reçoivent du chocolat blanc, des bijoux ou de la lingerie (de couleur blanche). La valeur de ces cadeaux peut être trois fois supérieure à celle des chocolats de ces dames. Il existe aussi une classification des chocolats : les « chocolats d’amour » (des chocolats faits main dans un emballage soigné qui ont une grande valeur sentimentale et qui, implicitement, sont le moyen de prouver son potentiel de maîtresse de maison), les « chocolats de courtoisie » ou d »obligation »(chocolats offerts aux collègues de travail masculins, patrons, ou famille. La popularité d’un individu est déterminé par le nombre de chocolats qu’il reçoit), les « chocolats d’affection et de gratitude » (les chocolats qui expriment un sentiment affectif). Tout un cérémonial à respecter dans les plus pures traditions nippones.

La Saint Valentin, même si elle divise les opinions, est une célébration dont les origines remontent à quelques millénaires. D’abord une célébration païenne, elle a su traverser les temps pour devenir un jour incontournable dans le calendrier, pour fêter l’autre, en amour ou en amitié…

Visuels : (c) DR