Le coup de cœur de la semaine : le Champagne Brut Rosé de la maison Billecart-Salmon

Il est un champagne, communément appelé « champagne de cœur » qui ne lasse ni les papilles, ni les amoureux : le champagne brut rosé. Façonné par les maisons de champagne depuis des siècles, le brut rosé a repris ses lettres de noblesse dans les années 2000 et ne s’adresse plus uniquement à un public féminin. A l’occasion de la Saint Valentin, le brut rosé de la maison Billecart-Salmon est notre coup de cœur de la semaine…

C’est en 1818 que Nicolas François Billecart et sa femme Elizabeth Salmon, tous deux amoureux d’un même terroir, décident de fonder la maison de champagne Billecart-Salmon. Installés dans le village de Mareuil-sur-Aÿ, à proximité d’Epernay, le couple souhaite «privilégier la qualité» et «viser l’excellence» dans la fabrication de ses champagnes.

Près de deux siècles et sept générations plus tard, la qualité et l’excellence est toujours d’actualité pour les héritiers de la maison Billecart-Salmon : les vignerons, les maîtres de chai, les vendangeurs et les œnologues utilisent un savoir-faire hérité de leurs ancêtres pour façonner des produits traditionnels d’exception. Brut réserve, blanc de blancs ou millésimés, les champagnes sont élaborés à partir des meilleurs raisins sélectionnés parmi les 170 hectares du domaine.

Il est un champagne, emblématique dela maison Billecart-Salmon, dont les secrets de fabrication et les méthodes de vinification remontent aux origines de la maison, et qui est idéal pour une célébration en amoureux : le brut rosé, un « champagne de cœur ».

Le champagne rosé est le seul vin français qui peut être fabriqué en assemblant du vin rouge (de Champagne) avec du blanc (de Champagne). Cette technique est la moins coûteuse et reste néanmoins excellente en termes de qualité, à partir du moment où les deux vins assemblés sont d’une qualité irréprochable. Le Brut Rosé Billecart-Salmon, par exemple, est le fruit d’un assemblage de Chardonnay, de Pinot Meunier et de Pinot Noir vinifié en rouge.

Autre technique, celle de la « saignée » : les peaux de raisins rouges macèrent entre 8 et 12 heures avec les jus après pressurage. La difficulté dans cette technique est le calage de la couleur et le contrôle du temps de macération mais elle donne également d’excellents résultats en terme d’arômes.

C’est à la couleur que l’on différencie les champagnes rosés, variant de teintes très pâles à des nuances très foncées, notamment pour les productions issues de la « saignée ». Dans le choix des champagnes rosés, il ne faut pas se laisser influencer par la couleur : des champagnes de couleur très claire peuvent être bien charpentés alors que des champagnes tirant sur le rosé foncé pourront être au contraire d’une grande douceur. Quoi qu’il en soit, ce sont les cépages qui influent sur les goûts. Les champagnes rosés élaborés à base de Chardonnay, un raisin blanc, sont généralement les plus subtils, mais aussi les plus rares, les Chardonnay ne représentant que 29 % de l’encépagement de la Champagne. Les champagnes rosés construits avec une forte proportion de raisins noirs (pinots noirs et pinots meuniers), à l’image du brut rosé de Billecart-Salmon, sont toujours plus corsés. Dans une même maison, le champagne rosé et sa version classique « blanche » partent généralement de la même base. Seul le vin rouge qui est ajouté les différencie et sa qualité est déterminante dans la qualité du produit final.

C’est au moment de la dégustation que les arômes se définissent en bouche. Le champagne se boit frais, idéalement servi à 7 ou 8°C. A cette température, le bouquet se développe parfaitement et la mousse tient mieux. L’idéal est de plonger la bouteille une demi-heure avant le service dans un seau à glace rempli à moitié d’eau fraîche et de glaçons. Le champagne étant fragile, il est déconseillé de le laisser longtemps dans un réfrigérateur mais plutôt 2 ou 3 heures avant de servir.

Pour bien déboucher une bouteille, il faut détordre le fil de fer qui enserre le bouchon à l’endroit du col, puis doucement tourner le bouchon en inclinant la bouteille. Le bouchon sortira alors de lui-même sans efforts. Avec la main, on peut éventer rapidement l’ouverture. Pour éviter que la mousse ne s’échappe, il faut tenir la bouteille par le corps, l’incliner à 45° et verser doucement dans des coupes.

Les champagnes rosés peuvent se déguster tout au long du repas. La présence de très légers tannins, plus ou moins affirmés, les rendent capables de toutes les audaces en matière d’accords avec des mets. Les champagnes rosés sont les compagnons idéaux de plats à base de saumon (sashimis ou saumons grillés), subliment les foies gras et s’accordent à la perfection avec des desserts à base de fruits rouges.

Le brut rosé de la maison Billecart-Salmon est aujourd’hui devenu un classique chez les amateurs de champagne. A l’œil, sa robe rose pâle se pare de reflets chauds et dorés tandis que ses bulles délicates lui confèrent une mousse persistante. Au nez, le brut rosé dégage un arôme subtil et gourmand, un fin bouquet de notes de fruits rouges et de zestes d’agrumes. En bouche, l’attaque est précise et élégante, suivie d’une finale légèrement framboisée et d’une belle fraîcheur.

Romantique à souhait, idéal à partager autour d’un repas entre amoureux, le champagne Brut Rosé saura utiliser de son charme pour faire craquer même les plus réticents…

Visuels : © Billecart-Salmon
Sources : Le Figaro, Billecart-Salmon.

Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.